Après la poussée du Sinn Fein, quel gouvernement pour l’Irlande?

Dublin – Après le score historique aux législatives irlandaises du 8 février du Sinn Fein, parti républicain autrefois vitrine politique de l’IRA, quels sont les scénarios possibles pour le futur gouvernement?

Ce sera dans tous les cas le résultat d’une alliance entre partis puisqu’aucune des trois grandes formations du pays n’a franchi le seuil des 80 députés permettant de gouverner seul. Le Sinn Fein compte 37 élus, le Fianna Fail (centre-droit) 38, et le Fine Gael (centre-droit) du Premier ministre sortant Leo Varadkar, 35 sièges.

– Alliance à gauche

Après le succès du Sinn Fein – que 24,5% des électeurs ont placé en tête sur leur bulletin de vote – sa cheffe Mary Lou McDonald a annoncé qu’elle voulait discuter avec les petites formations politique de gauche.

Mercredi, elle a rencontré le chef des Verts Eamon Ryan (12 députés), puis des responsables de People before profit. Elle doit voir jeudi les sociaux-démocrates.

Mais ils ne totalisent à eux quatre que 66 députés et devraient donc obtenir également le soutien d’au moins 14 des 21 députés indépendants, une gageure.

– Coalition Sinn Fein / Fianna Fail

Devant le succès du Sinn Fein, le chef du Fianna Fail, Micheal Martin, a semblé ouvert à cette possibilité qu’il excluait jusqu’ici. « Je suis un démocrate. J’écoute le peuple », a-t-il déclaré.

Quant à Mary Lou McDonald , même si elle a affirmé préféré se tourner vers d’autres partis, elle a laissé la porte ouverte en déclarant dimanche: « Je parlerai et j’écouterai tout le monde, c’est ce qu’exige la démocratie ».

Les deux partis totaliseraient 75 sièges et devraient trouver un appoint d’au moins 5 voix.

En revanche, une coalition Sinn Fein / Fine Gael est exclue, Leo Varadkar ayant réitéré son refus après les élections.

Le Sinn Fein court toutefois le risque d’écorner sa toute fraiche popularité s’il s’allie avec un parti de centre-droit. Par le passé, Verts et travaillistes ont payé dans les urnes leur choix de participer à une coalition avec les deux grands partis.

Et les résultats sont tellement serrés que Mary Lou McDonald comme Micheal Martin peuvent chacun prétendre au poste de Taoiseach (Premier ministre).

– Alliance centriste, encore

Fine Gael et Fianna Fail, qui occupent à eux deux le pouvoir depuis un siècle, ont  gouverné ensemble depuis 2016. Ils totalisent 73 sièges. Mais leurs dirigeants ont cette fois exclu de former ensemble un nouveau gouvernement.

Et écarter le Sinn Fein du pouvoir alors qu’il a remporté le vote populaire s’annonce compliqué.

Mercredi, Leo Varadkar semblait résigné à passer dans l’opposition: « Nous avons été battus donc le peuple nous a dit que le Fine Gael devait aller dans l’opposition et nous y sommes tout à fait prêts », a-t-il dit la la télévision RTE.

– Nouvelles élections

Le Dail – la chambre basse du Parlement – se réunira le 20 février. Un nouveau gouvernement ne doit pas nécessairement être formé d’ici là, mais si les négociations sont dans l’impasse, un nouveau scrutin pourrait être déclenché.

Le Sinn Fein pourrait alors présenter plus de candidats que les 42 en lice lors du scrutin de samedi. Et remporter davantage de sièges, voire même devenir le premier parti du pays.

« Je suis sûr que le Sinn Fein ne veut pas encore entrer au gouvernement », estime Eoin O’Malley, professeur de science politique à la Dublin City University. « Il veut une nouvelle élection relativement rapidement. Et cela risque fort de se produire ».