Canicule en Grèce: la multiplication des vagues de chaleur en Europe

Paris - La canicule en Grèce, décrite comme la pire depuis 30 ans dans le pays, illustre la multiplication des vagues de chaleur en Europe, conséquence du réchauffement climatique de la planète.

Les émissions de gaz à effet de serre accroissent la puissance, la durée et le rythme de répétition des vagues de chaleur, selon les scientifiques.

Rappel des grandes canicules en Europe depuis le début du 21e siècle:

 

- Eté 2021: Grèce et Espagne -

Depuis le 29 juillet, la Grèce traverse une vague de chaleur intense. C'est la "pire canicule depuis 1987" selon le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis. Cet épisode devrait atteindre un pic lundi et mardi, avec des températures de 45°C.

Sécheresse et fortes chaleurs provoquent parallèlement d'importants incendies sur le pourtour méditerranéen: en Grèce, Turquie, Italie et Espagne.

Entre le 11 et le 13 juillet, le centre et le sud de l'Espagne ont été aux prises avec une vague de chaleur et des températures dépassant les 40°C.

- Deux vagues en 2019, des températures records -

L'été 2019 est marqué par deux vagues de chaleur sur l'Europe, fin juin et dans la seconde moitié de juillet.

Ces deux épisodes auraient provoqué la mort de 2.500 personnes, selon une estimation du centre de recherche CRED de l'Université de Louvain (Belgique).

Un pic historique de chaleur est atteint en France le 28 juin à Vérargues dans l'Hérault (sud) avec 46°C.

Les 24 et 25 juillet, Pays-Bas, Belgique, Allemagne et Royaume-Uni relèvent des températures records: 42,6°C à Lingen (nord-ouest de l'Allemagne), 41,8°C à Begijnendijk (nord de la Belgique), 40,4°C dans le sud des Pays-Bas et 38,7°C à Cambridge (est de l'Angleterre).

 

- 2018: chaleur, sécheresse et incendies -

La seconde moitié de juillet et le début d'août 2018 sont marqués en Europe par de très hautes températures et par une sécheresse intense qui met au plus bas le niveau des cours d'eau, comme le Danube en Europe centrale.

La période est surtout marquée par des feux de forêt destructeurs au Portugal et en Espagne.

 

- 2017: feux et températures extrêmes -

Plusieurs vagues de chaleur touchent l'Europe, de la fin juin jusqu'à la première moitié du mois d'août, particulièrement dans le sud du continent. Une sécheresse persistante provoque d'importants feux de forêt, parfois meurtriers, au Portugal.

L'Espagne enregistre la plus haute température jamais atteinte sur son sol: 47,3°C le 13 juillet à Montoro, près de Cordoue (sud).

- 2015: canicule précoce -

L'Europe est frappée précocement par une série de canicules, à partir de la fin juin. L'Angleterre enregistre un pic de 37°C début juillet.

En France, quatre épisodes caniculaires durant l'été 2015 ont provoqué un total estimé de 1.700 morts, selon l'agence sanitaire Santé Publique France.

 

- 2007: Europe centrale et du sud -

Une longue période chaude et sèche s'abat de la fin juin jusqu'à la fin juillet sur les pays d'Europe centrale et du sud du continent.

La Hongrie déplore plus de 500 morts tandis que l'Italie, la Macédoine et la Serbie sont touchées par de nombreux feux de forêts.

- 2003: des milliers de morts -

L'Europe de l'Ouest, particulièrement la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal connaissent des températures exceptionnelles dans la première moitié du mois d'août.

Le 1er août 2003, le Portugal enregistre un pic de chaleur avec la température record de 47,3°C à Amareleja (sud).

Les personnes vulnérables ou isolées souffrent particulièrement. En France, les services d'urgence voient affluer des personnes âgées en détresse.

Des travaux scientifiques financés par l'UE ont évalué, après coup, à 70.000 les décès supplémentaires dans 16 pays européens en raison de cette vague de chaleur.

Les bilans les plus lourds sont pour la France et l'Italie, avec environ 20.000 morts chacun, selon cette évaluation publiée en 2007.

Par Olivier  Thibault