Comment le confinement s’applique aux enfants à travers l’Europe

Madrid – A l’exception de l’Espagne, les pays d’Europe laissent une certaine liberté aux enfants pour sortir en période de pandémie bien qu’ils soient des vecteurs privilégiés du nouveau coronavirus.

Voici les types des mesures qu’ils appliquent, des plus généreuses aux plus strictes.

L’Islande n’applique pas de confinement et les écoles sont ouvertes. Les lycées et les universités doivent rouvrir le 4 mai. Ecoles ouvertes en Suède aussi, où seules des mesures de distanciation sont appliquées, mais pas de date encore pour la réouverture des lycées et des universités.

Dans le reste de l’Europe les écoles sont fermées, sauf au Danemark qui a rouvert le 15 avril ses écoles maternelles et primaires. Seuls quelques pays ont déjà fixé une date pour leur réouverture: la Norvège rouvrira ses crèches le 20 avril et une partie des écoles le 27.

Le Luxembourg veut rouvrir crèches et écoles le 4 mai. La Grèce prévoit le retour des écoliers le 10 mai et l’Estonie le 15 mai. La France vise le 11 mai.

Faute de retrouver leurs camarades de classe, les enfants peuvent le plus souvent se promener ou faire de l’exercice, au moins en famille. Mais les restrictions varient, souvent en fonction de l’âge.

Les pays nordiques, les plus libéraux, fixent seulement des limites aux rassemblements des adultes comme des enfants: pas plus de 10 personnes en Finlande et au Danemark, pas plus de 5 en Norvège.

En Pologne ou en Bosnie, les moins de 18 ans ne peuvent sortir qu’accompagnés. En Macédoine du nord, ils ne peuvent sortir seuls qu’entre 13H00 et 15H00. En Serbie un couvre-feu s’impose à tous, à partir de 17H00 en semaine et de minuit le week-end. Au Montenegro ce sont les moins de 12 ans qui doivent être accompagnés.

L’Italie, le pays d’Europe où le Covid-19 a fait le plus de morts, permet les sorties en famille mais avec un seul des deux parents.

La France a la particularité d’exiger de chacun de porter sur soi une déclaration sur l’honneur pour justifier sa sortie, signée par les parents dans le cas des mineurs.

L’Espagne, enfin, a instauré le 14 mars un confinement des plus stricts qui doit durer au moins jusqu’au 25 avril inclus. Ils n’ont pas droit se sortir, même rapidement et autour de leur domicile, avec leur parents.