Covid: l’UE fait marche arrière sur son aide pour les transferts de patients entre Etats

Bruxelles - L'UE a fait marche arrière le 30 octobre sur le financement des transferts de patients hospitalisés d'un pays à l'autre, précisant que la somme de 220 millions d'euros annoncée la veille n'était pas nouvelle et que seulement 20 millions de ce montant y étaient dédiés.

"La Commission (européenne) a annoncé que nous mettrons 220 millions d'euros à disposition pour financer des transferts transfrontaliers de patients (hospitalisés) là où ce sera nécessaire", avait déclaré le 29 octobre la présidente de l'exécutif européen, Ursula von der Leyen, à l'issue d'un mini-sommet des Vingt-Sept consacré à la pandémie.

Interrogés par la presse, des porte-paroles de la Commission ont reconnu que cette somme n'était en réalité pas nouvelle: elle correspond au "paquet mobilité" dévoilé par l'UE en juin... mais destiné à financer trois missions différentes.

Selon la répartition initiale, quelque 100 millions d'euros étaient prévus pour couvrir le coût d'importation d'équipements médicaux ; 100 autres millions devaient financer le transfert de personnels soignants et les coûts opérationnels de capacités médicales mobiles ; et seulement 20 millions d'euros étaient prévus pour les transferts de patients entre Etats membres de l'UE.

"L'UE a mis à disposition 220 millions d'euros pour ces trois objectifs (...) Pour autant, il n'y a pas de divisions, pas de limitation (...) Autant que je comprenne, on peut donc aller au-delà de cette somme de 20 millions pour les transferts de  patients", a expliqué un porte-parole lors d'un point de presse.

Alors que la deuxième vague menace de saturer les capacités hospitalières, "la question du transfert transfrontalier de patients revient sur la table. (...) Il était important de repréciser qu'il y a de l'argent pour les financer", a justifié un autre porte-parole.