Le contenu est libre d'accès mais des restrictions d'usage s'appliquent. Veuillez consulter nos FAQ sur les conditions d'utilisation.
Si vous cliquez sur téléchargement/intégration, vous reconnaissez avoir lu et accepté les conditions d'utilisation.
Download

Faute de repas de famille, les agneaux de Pâques restent en vie

Paris - Le printemps s'annonçait faste pour les éleveurs de moutons à travers le monde, avec une concentration de fêtes religieuses, synonymes de grands repas de famille et de gigots d'agneau trônant sur les tables. Avant que la pandémie de Covid-19 n'entraîne confinement et fermeture des restaurants...

Dans de nombreux pays, les éleveurs de moutons voient désormais leurs ventes chuter.

"Sept Grecs sur dix aiment l'agneau rôti pour Pâques. Cela ne se produira pas cette année...", souligne auprès de l'AFP Angelos Asteriou, négociant en viande dans le nord de la Grèce, à l'approche de la Pâque orthodoxe, le 19 avril. Il n'y aura ainsi pas cette année ces fêtes familiales traditionnelles du dimanche de Pâques sur les places des villages grecs, les rassemblements de plus de 10 personnes étant frappés d'amendes de 1.000 euros.

"Pour nous, Pâques, ça devait être le marché de l'année", renchérit Michelle Baudouin, éleveuse de moutons dans le centre de la France, pays où 500.000 ovins ne partiront pas à l'abattage en raison de ces circonstances exceptionnelles.

Avril et mai devaient constituer 80% des ventes annuelles des éleveurs ovins français, alors qu'exceptionnellement les fêtes des trois grandes confessions, juive, chrétienne et musulmane, sont concentrées sur le calendrier.

"Que ce soit lors de la Pâque juive à partir du 8 avril, la Pâque catholique dimanche 12, orthodoxe le 19 avril, ou le Ramadan musulman du 23 avril au 23 mai, l'agneau est consommé par tous, il est un symbole dans toutes les religions", explique à l'AFP Mme Baudouin, qui préside la Fédération nationale ovine. "Or, il n'y a plus aucun marché, les frigos sont pleins et les abattoirs des coopératives refusent nos bêtes".

- Abattoirs au ralenti -

Pour les Français, le confinement n'est pas le seul facteur: les éleveurs disent souffrir d'une "concurrence déloyale" du mouton néo-zélandais, vendu, selon eux, en dessous de ses coûts de production, abattu dès janvier et transporté par bateau dans de l'azote liquide pour pouvoir intégrer le rayon "frais".

"Du fait de la concentration des fêtes religieuses, du mouton néo-zélandais avait été commandé au préalable, par crainte de ne pas avoir assez de la production française", explique une source à Interbev, l'interprofession des viandes. La France ne fournit en effet que 43% de la consommation du pays.

Pourtant, même la Nouvelle-Zélande pâtit de la situation. L'association de l'industrie de la viande néo-zélandaise a estimé que l'abattage aurait diminué de moitié, en partie à cause de la distanciation sociale dans les abattoirs. Une année "normale", quelque 300.000 agneaux sont tués par semaine entre mi-février et Pâques, selon le magazine agricole Farmers Weekly.

Même constat au Royaume-Uni: l'abattage d'agneaux y a fortement chuté, selon le Comité pour le développement de l'agriculture et de l'horticulture (AHDB). La dernière semaine de mars (jusqu'au 28) 204.000 bêtes ont été abattues, soit près de 35.000 de moins que l'année précédente à la même période.

Mais pour Rebecca Wright, analyste au sein de l'AHDB, entrent en jeu "les problèmes financiers des consommateurs", qui "dépensent moins" et évitent "les viandes plus chères".

Cher pour le consommateur, l'agneau rapporte pourtant peu parfois aux éleveurs. En Grèce, certains d'entre eux accusent les acheteurs en gros de tirer parti de la très faible demande pour obliger les éleveurs à vendre à bas coût.

"L'an dernier le kilogramme d'agneau ou de chèvre se vendait 5 euros, aujourd'hui c'est 4 maximum. C'est désastreux", relève Panagiotis Langadakis, 38 ans, éleveur de chèvres près de Thessalonique.

L'ancien ministre grec de l'Agriculture Evangelos Apostolou a estimé le mois dernier que plus de deux millions de bêtes devraient être épargnées cette année.

Le contenu est libre d'accès mais des restrictions d'usage s'appliquent. Veuillez consulter nos <a href="https://ednh.news/fr/faq" target="_blank">FAQ</a> sur les conditions d'utilisation.<br/>Si vous cliquez sur téléchargement/intégration, vous reconnaissez avoir lu et accepté les conditions d'utilisation.

- Bergeries pleines -

"Nos exportations ont chuté de 70%, et même de 90% vers l'Italie. La baisse est aussi significative vers l'Espagne, l'Allemagne et le Portugal", indique M. Asteriou, le négociant qui traite avec quelque 4.000 fournisseurs grecs.

Et que faire de ces animaux invendus qu'il faut continuer de nourrir malgré des revenus en baisse?

"Ils prennent du poids, du gras, et perdent de la valeur. On jette les fraises ou les asperges excédentaires, mais nos animaux, que va-t-on en faire?", s'inquiète Mme Baudouin.

Exception à la règle, l'Irlande qui exporte la plupart de son agneau le Royaume-Uni et la France: 41.000 agneaux y ont été abattus au cours de la dernière semaine de mars, soit 3.000 de plus que l'année précédente, selon l'office alimentaire irlandais Bord Bia.

Si les restaurants sont fermés, les ventes de détail se tiennent bien. "Avant, les gens n'avaient pas de temps", mais "si vous travaillez à la maison, vous avez un peu plus de temps pour cuisiner", explique Sean Dennehy, de l'Association des agriculteurs irlandais (IFA).

Par aIsabel Malsang à Paris, Vassilis Kyriakoulis à Thessalonique et les bureaux de l'AFP