L’Allemagne, vers l’abandon du charbon

Berlin – L’Allemagne s’est dotée le 16 janvier d’un calendrier et a prévu des indemnités pour l’arrêt de ses centrales à charbon, étape importante vers l’abandon de cette énergie très polluante entre 2035 et 2038.

Après des mois de négociations, sous la pression croissante des défenseurs du climat, « la sortie progressive du charbon débute maintenant », s’est félicitée la ministre de l’Environnement, Svenja Schulze.

Le gouvernement et les quatre Etats-régions qui abritent les bassins miniers – Rhénanie du Nord-Westphalie, Brandebourg, Saxe et Saxe-Anhalt – se sont mis d’accord sur un échéancier et un cadre d’indemnisations.

L’ensemble doit être formalisé dans un projet de loi soumis le 29 janvier au conseil des ministres, pour une adoption espérée « au premier semestre 2020 », selon le ministère de l’Economie.

Berlin a promis 4,35 milliards d’euros d’indemnités, réparties « sur une quinzaine d’années suivant les fermetures » parmi les exploitants de centrales à charbon.

2,6 milliards ont été attribués au géant allemand RWE, qui opère les centrales du bassin rhénan, dans l’Ouest – un montant « bien en dessous des dommages » évalués à plus de 3,5 milliards d’euros, a déploré le groupe.

Chez le fournisseur d’électricité, 3.000 emplois seront supprimés « à court terme » et 6.000 d’ici 2030, notamment à travers des départs anticipés à la retraite, soit une réduction de 60% des effectifs dans la branche lignite et un quart des effectifs du groupe.

1,75 milliard reviendra aux centrales de l’Est, a détaillé le ministre des Finances Olaf Scholz. Mais la facture pourrait encore gonfler, puisque M. Scholz n’a évoqué que les fermetures « dans les années 2020 », sans parler des ultimes mises à l’arrêt des années 2030.

– ‘Trop tard !’ –

Comme annoncé il y a un an, l’Allemagne vise un abandon du charbon au plus tard en 2038 mais pourrait « avancer de trois ans » cette échéance pour viser 2035, en fonction des bilans d’étape menés en 2026 et 2029.

« La sortie du charbon n’est pas une question de technique mais de volonté politique. Elle doit arriver maintenant, 2035 est bien trop tard ! », a déploré sur Twitter l’organisation Ende Gelände, à l’origine de plusieurs occupations de mines.

L’accord détaille pour la première fois un calendrier de fermeture des centrales à lignite, charbon brun particulièrement polluant, qui débutera le 31 décembre 2020 avec un des complexes opérés par RWE à proximité de la mine de Garzweiler.

Il prévoit également la fin des autorisations d’exploitation de la forêt millénaire de Hambach, dans l’ouest de l’Allemagne, menacée par l’extension d’une mine de lignite et devenue un symbole de la lutte contre le charbon.

Plus de la moitié des 2,1 milliards de tonnes charbon exploitables par RWE « resteront enterrés », précise le groupe.

« Au lieu des 3 gigawatts prévus » l’an dernier, « seulement 2,8 gigawatts de lignite seront mis hors service d’ici 2022 », et la majorité des fermetures « est reportée au-delà de 2030 », critique cependant Olaf Bandt, président de l’association écologiste BUND.

– Sortie du nucléaire –

Les défenseurs du climat, qui pressent le gouvernement d’accélérer ses efforts, déplorent de surcroît la mise en service d’une nouvelle centrale au charbon dans le bassin rhénan, Datteln 4, confirmée jeudi.

« C’est juste absurde », a tweeté Luisa Neubauer, figure allemande du mouvement Fridays for future.

Dans les régions minières, l’Etat prévoit l’instauration d’un « fonds d’indemnités » pour « les salariés » du secteur, qui pourrait être versé « jusqu’en 2043 ».

Une aide financière totale de 40 milliards d’euros sera également accordée aux régions minières jusqu’en 2038, conformément à un projet de loi adopté en mai 2019.

L’abandon par l’Allemagne du charbon, énergie bon marché à l’origine de son développement industriel, est compliqué par la décision prise en 2011 de sortir du nucléaire d’ici 2022.

Malgré la montée en puissance des énergies renouvelables, intermittentes et difficiles à stocker et transporter, la première économie européenne tire encore plus d’un tiers de son électricité de la houille et du lignite.

Dans un plan adopté en décembre, l’Allemagne s’est fixé l’objectif de diminuer de 55% les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 par rapport à leur niveau de 1990, alors qu’elle est déjà assurée de manquer ses objectifs climatiques pour 2020.

Par Coralie Fèbvre