Le contenu est libre d'accès mais des restrictions d'usage s'appliquent. Veuillez consulter nos FAQ sur les conditions d'utilisation.
Si vous cliquez sur téléchargement/intégration, vous reconnaissez avoir lu et accepté les conditions d'utilisation.
Download

Chypre-Nord, une république autoproclamée soutenue par Ankara

Nicosie - L'autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN), qui élit en octobre son président, est un territoire non reconnu par la communauté internationale, à l'exception de la Turquie qui l'administre de facto.

Une île coupée en deux

Les tensions entre communautés grecque et turque prennent corps dans les années 1950 dans une île alors colonie britannique. La première combat pour l'"Enosis" --ou union avec la Grèce "mère-patrie"-- tandis que la seconde réclame une division de l'île et son rattachement pour moitié à la Turquie et pour moitié à la Grèce.

L'indépendance de l'île méditerranéenne en 1960 ne met pas fin aux dissensions et une force de paix de l'ONU est créée en 1964, après des affrontements entre communautés.

A l'été 1974, les troupes turques envahissent puis annexent le nord de l'île, en réaction à un coup d'Etat nationaliste qui visait à rattacher le pays à la Grèce. Le conflit a fait des centaines de morts, quelque 2.000 disparus et provoqué d'importants déplacements de population.

Le 15 novembre 1983, les Chypriotes-turcs menés par leur chef Rauf Denktash proclament unilatéralement la création de la République turque de Chypre-Nord (RTCN). La Turquie est le seul pays à la reconnaître.

Une "ligne verte", zone-tampon surveillée par une mission des Nations unies, divise l'île sur quelque 180 kilomètres de longueur, traversant notamment Nicosie, seule capitale au monde à être encore actuellement coupée en deux.

Varosha, symbole de la division

En 1974, alors que les Chypriotes-grecs fuient la station balnéaire réputée de Varosha --Maras en turc-- sur la côte orientale, l'armée turque l'entoure de barbelés et en interdit l'accès.

Une résolution onusienne adoptée en 1984, mais restée lettre morte, exige son transfert aux Nations unies et son repeuplement par ses habitants d'origine.

Devenue ville-fantôme, l'ancienne "perle" de Chypre située en lisière de la zone tampon, est une source régulière de tensions entre les deux parties de l'île.

L'annonce mardi par Ankara de sa réouverture a provoqué l'effondrement de la coalition au pouvoir à Chypre-Nord, à quelques jours d'une élection présidentielle.

Le contenu est libre d'accès mais des restrictions d'usage s'appliquent. Veuillez consulter nos <a href="https://ednh.news/fr/faq" target="_blank">FAQ</a> sur les conditions d'utilisation.<br/>Si vous cliquez sur téléchargement/intégration, vous reconnaissez avoir lu et accepté les conditions d'utilisation.

Réunification au point mort

En avril 2004, un plan de l'ONU destiné à réunifier le pays est soumis à référendum. Largement approuvé par le Nord, l'accord est rejeté par les Chypriotes-grecs au Sud. En mai, la République de Chypre est admise au sein de l'Union européenne.

Au fil des décennies, plusieurs cycles de pourparlers visant à la réunification et parrainés par l'ONU se sont effondrés. Les dernières négociations en 2017 ont achoppé notamment sur la question du retrait des 30.000 soldats turcs présents sur l'île.

Tensions ravivées

Les antagonismes ont prospéré entre Chypriotes-grecs et les Turcs au sujet de gisements de gaz potentiels au large de l'île.

La Turquie s'oppose à toute exploration et exploitation de ces ressources qui excluraient la partie nord de l'île, située à 60 kilomètres de ses côtes.

Malgré les avertissements des Etats-Unis et de l'UE, Ankara a envoyé des navires de prospection au large de Chypre et a installé un premier drone armé à Chypre-Nord.

Au cours de l'été 2020, les tensions se sont exacerbées avec le déploiement par Ankara d'un navire de recherche sismique dans une zone disputée en Méditerranée orientale, suscitant la colère d'Athènes.

Sous sanctions

La RTCN couvre un tiers de l'île, soit 3.355 km², et compte plus de 300.000 habitants soit trois fois moins que sa rivale du Sud.

Considérée par la communauté internationale comme un territoire occupé, l'entité est visée par des sanctions des Nations unies et de l'UE, notamment sur le transport aérien.

Elle est économiquement et diplomatiquement dépendante du "grand frère" turc.

Avant la pandémie de nouveau coronavirus, environ un million de touristes s'y rendaient chaque année, profitant des plages mais aussi des nombreux casinos du petit territoire.