Fermés, les musées européens à la recherche de nouveaux publics sur internet

Londres - Visites guidées, podcasts, ateliers : les musées européens, contraints à la fermeture face au nouveau coronavirus, en profitent pour développer à tout va leurs offres en ligne, y voyant l'occasion d'atteindre de nouveaux publics.

Souvent gratuits, ces nouveaux contenus numériques permettent aussi de "maintenir un lien" avec les habitués, selon la Wellcome Collection, afin qu'il ne "nous oublient pas". Comme d'autres, ce musée londonien espère que les internautes deviendront par la suite des visiteurs en chair et en os après cette période financièrement difficile pour les musées.

- France : Versailles vu du lit du roi -

Depuis le début du confinement, la fréquentation du site internet du Louvre a explosé, passant de 40.000 à 400.000 visites par jour. On y trouve des conférences filmées, des podcasts, mais aussi des visites guidées réalisées par un youtuber ASMR.

Le confinement est aussi "l’occasion de découvrir Versailles autrement" grâce à un jeu en réalité virtuelle qui offre des angles de vue inédits, à partir de la scène de l'Opéra royal ou du lit de Louis XIV, le "Roi Soleil".

- Royaume-Uni : immersion virtuelle en forêt pour les confinés -

Le musée londonien Tate Modern propose des activités artistiques aux enfants confinés - apprendre à tisser comme Anni Albers, s'initier au collage avec Matisse - via le site internet "Tate Kids", dont la fréquentation a augmenté de 137% depuis le confinement.

La Wellcome collection s'appuie sur la pandémie pour mettre en avant la spécificité de ses collections, consacrées au développement de la médecine. "Les gens sont intéressés par ce qui reflète leurs préoccupations actuelles", explique à l'AFP Danny Birchall, le responsable du contenu en ligne, "les objets en lien avec la grippe espagnole ou le papier toilette sont très populaires !".

A l'inverse, la Serpentine Gallery propose de s'échapper loin du virus et du confinement grâce à l'expérience immersive du Danois Jakob Kudsk, "Catharsis", un site internet plongeant le visiteur au cœur de la simulation numérique d'une balade en forêt.

- Allemagne : les artistes en direct sur Instagram -

L'exposition consacrée à Lee Mingwei au musée berlinois Gropius se visite désormais en ligne, l'artiste contemporain ayant même créé deux œuvres spécialement pour cette version digitale. La Koenig Galerie innove quant à elle sur Instagram : chaque matin, son propriétaire, Johann Koenig, interroge en direct un artiste différent sur son travail.

Et pour commémorer les 75 ans de la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l'association Kulturprojekte Berlin prévoit un tour virtuel dans des endroits clefs de la capitale, comme le Reichstag, reconstituant certaines séquences du passé grâce à une application utilisant la réalité virtuelle.

- Italie : Raphaël sur YouTube -

Le ministère italien de la Culture a mis en place le site internet "La culture ne s'arrête jamais !", qui permet d'accéder à de nombreuses initiatives numériques organisées par les sites culturels publics et le monde du spectacle, de la musique ou de l'audiovisuel.

Des vidéos racontent ainsi comment les sites archéologiques de Pompéi et d'Herculanum ont été ensevelis par l'éruption du Vésuve, puis restaurés. Le Vatican propose pas moins de sept circuits virtuels, qui permettent notamment de visiter la Chapelle Sixtine.

La gigantesque exposition organisée à Rome pour célébrer les 500 ans de la mort du peintre Raphaël propose désormais une visite guidée de 13 minutes sur sa chaine Youtube.

- Autriche : poser ses questions sur Klimt sur Facebook -

A Vienne, les grands musées qui font la réputation de la capitale sont fermés depuis le 11 mars et proposent désormais pour la plupart des visites guidées virtuelles.

Le musée du Belvédère, connu notamment pour exposer le célèbre baiser de Klimt, offre ainsi des mini-conférences autour d'un tableau en direct sur Facebook, où le public peut poser des questions en commentaires.

- Russie : apprendre à danser avec le Bolchoï -

A Saint-Pétersbourg, le musée de l'Ermitage a mis en ligne des visites virtuelles de ses collections, sur son site internet déjà visité par plus de 10 millions de personnes depuis la fermeture.

La légendaire troupe moscovite du Bolchoï propose de visionner sur son site web certains de ses plus célèbres ballets ou opéras, dont "Boris Godounov" et "Casse-Noisette". Les danseurs vedettes donnent également quelques leçons basiques en ligne.

Pour les artistes auxquels les récents événements donnent du grain à moudre, le centre artistique Flakon, dans une fabrique désaffectée à Moscou, a lancé un concours s'inspirant du coronavirus, où les œuvres devront montrer "la façon dont la pandémie va nous changer nous, la société et le monde qui nous entoure".

Par Charlotte Durand et les bureaux de l'AFP en Europe