Les étroites relations économiques franco-britanniques à l’épreuve du Brexit

Paris – Les Britanniques aiment le vin et les vacances françaises, et les Français sont nombreux à vivre à Londres: tour d’horizon des étroites relations économiques entre la France et le Royaume-Uni à l’heure du Brexit.

 

Premier excédent commercial de la France

La France exporte plus (en valeur) de biens au Royaume-Uni qu’elle n’en importe. Et c’est même le pays avec lequel l’Hexagone affiche le plus important excédent bilatéral: près de 12,5 milliards d’euros en 2019, selon les Douanes françaises.

Elle est donc très exposée aux variations du commerce trans-Manche.

En 2019, la France a ainsi exporté pour 33,7 milliards d’euros outre-Manche, tirant profit « de la demande britannique et de l’effet de stockage » en prévision d’un Brexit sans accord, selon la Direction générale du Trésor.

Avec 13% de parts de marché, la France est le cinquième fournisseur du Royaume-Uni, derrière l’Allemagne, la Chine et les Etats-Unis.

Côté importations, les Français ont acheté pour 21,2 milliards d’euros de biens et services aux Britanniques en 2019. Le Royaume-Uni est le 7e fournisseur de la France.

Quelque 150.000 entreprises françaises commercent avec le Royaume-Uni, dont 34.000 réalisent avec lui « la quasi-totalité des échanges », selon les Douanes qui ont recruté 700 agents supplémentaires dans la perspective du Brexit.

 

Premier fournisseur de vins

Le Royaume-Uni est le quatrième débouché de la France pour les produits agroalimentaires, dont les exportations se sont élevées à 5,5 milliards d’euros en 2019.

Mais l’Hexagone a perdu des parts de marché au profit des Pays-Bas, et n’est plus que le quatrième fournisseur de la Grande-Bretagne.

La France reste cependant le premier fournisseur de vins, avec une part de marché estimée à 33%, de « BVP » (boulangerie-viennoiserie-pâtisserie) et le deuxième fournisseur de produits laitiers derrière l’Irlande, selon les dernières données de Business France.

En 2017, plus de 500 restaurants français étaient présents au Royaume-Uni, dont 54 dans le guide Michelin, selon l’ambassade de France.

 

Tourisme

Quelque 3,6 millions de Français ont visité la Grande-Bretagne en 2019, le plus gros contingent après les Américains. Profitant de la baisse de la livre, qui a perdu 15% de sa valeur depuis le référendum sur le Brexit en 2016, ils y ont dépensé 1,4 milliard de livres l’an passé (+4% par rapport à 2018).

En sens inverse, 13 millions de Britanniques ont visité l’Hexagone en 2018, une destination privilégiée notamment pour le ski.

Si la pandémie a divisé par deux le nombre de visiteurs français en 2020 (1,5 million), Visitbritain table sur un rebond à 2,2 millions l’an prochain.

Des investissements réciproques importants

Le Royaume-Uni est le troisième investisseur étranger en France, qui n’est que le 8e investisseur étranger outre-Manche.

En 2016, le Royaume-Uni était le deuxième pays d’implantation des entreprises françaises à l’étranger: 3.800 filiales de groupes français y sont localisées et représentent environ 120 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel et plus de 400.000 emplois. En parallèle, 1.200 filiales de groupes britanniques sont présentes en France. Elles représentent un chiffre d’affaires de 34 milliards d’euros annuel et 88.000 emplois.

 

Trafic transmanche

La France est la porte d’entrée du Royaume-Uni en Europe: 80% des flux routiers passent par l’Hexagone.

Trente millions de voyageurs franchissent la frontière chaque année et quelque 5 millions de véhicules, selon les Douanes.

Avant la mise en service du tunnel sous la Manche en 1993, moins d’un million de camions circulaient de part et d’autre: en 2019, 1,6 million de camions ont emprunté le tunnel et 1,8 million ont traversé la Manche en ferry.

Un train circule dans le tunnel toutes les 3 minutes, tandis que 50 rotations quotidiennes de ferries sont dénombrées à Calais en moyenne.

Expatriés

Environ 300.000 Français vivent au Royaume-Uni, en majorité à Londres.

Il y a 15 établissements français, scolarisant 6.600 élèves. Treize se situent à Londres.

En 2015, 58 films français sont sortis au Royaume-Uni, attirant 3,4 millions de spectateurs.