Vaccins anti-Covid: plus de 400 millions de doses administrées

 Paris - Malgré la suspension du vaccin AstraZeneca dans plusieurs pays, la vaccination mondiale a continué d'accélérer, avec plus de 400 millions de doses désormais administrées, selon un bilan de l'AFP.

Au moins 402,3 millions de doses ont été administrées dans le monde, dont plus d'un quart aux Etats-Unis, selon ce comptage arrêté jeudi à 16h30 GMT, à partir de sources officielles. La première centaine de millions de doses avait été atteinte en deux mois, la deuxième en 20 jours, la troisième en 15 jours et la quatrième l'a été en 11 jours.

La vaccination a débuté dans au moins 158 pays ou territoires, hébergeant 93% de l'humanité. Et si les pays riches restent les mieux servis, les pays pauvres démarrent enfin grâce au dispositif Covax.

 

Israël à toute vitesse

 

Israël est, de loin, le pays le plus en avance, près de 60% de sa population ayant reçu au moins une injection. Environ un Israélien sur deux a même reçu la deuxième dose, complétant ainsi le processus de vaccination.

Parmi les autres pays qui ont passé la barre des 15% de population ayant reçu au moins une dose figurent notamment le Royaume-Uni (38%), les Emirats arabes unis (entre 35 et 70%), le Chili (28%), les Etats-Unis (22%), le Bahrein (22%) et la Serbie (16% au 12 mars).

En valeur absolue, ce sont les Etats-Unis qui dominent (113 millions de doses), devant la Chine (65 millions au 14 mars), l'Inde (39 millions) et le Royaume-Uni (27,6 millions).

Les 27 pays de l'Union européenne cumulent, eux, 54,4 millions de doses, administrées à 8,5% de la population. Malte (21%) est en tête, tandis que la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne sont autour de la moyenne.

 

Les pays pauvres grâce à Covax

 

Sur 13 pays à "faible revenu" (au sens de la Banque mondiale) ayant commencé à vacciner, neuf ont lancé leur campagne depuis début mars grâce à des doses livrées gratuitement par le dispositif Covax, lancé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Alliance du vaccin (Gavi) et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (Cepi).

Mais pour l'heure, seulement 0,1% des doses administrées dans le monde l'ont été dans des pays à "faible revenu", qui hébergent 9% de la population mondiale, tandis que les pays à "revenu élevé" (16% de la population mondiale) concentrent 58% des doses injectées.

 

Géographie des vaccins

 

Malgré les récents remous, le vaccin développé par AstraZeneca/Oxford est déjà administré dans une centaine de pays ou territoires. Aucun de ses concurrents ne fait mieux. Peu coûteux, il est utilisé aussi bien dans des pays riches (Royaume-Uni, Union européenne...) que dans des pays pauvres, notamment grâce à Covax dont il est le principal fournisseur. Il est aussi administré en Inde.

Le vaccin suédo-britannique est toutefois dans la tourmente, après que des cas de caillots sanguins ont été observés chez des personnes vaccinées. Aucun lien n'a été démontré entre ces cas et la vaccination, mais au moins une quinzaine de pays ont suspendu temporairement les injections de ce vaccin.

Les vaccins de l'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech (plus de 70 pays utilisateurs) et de l'américain Moderna (plus de 40 pays), plus onéreux et plus difficiles à conserver, sont eux principalement utilisés dans des pays riches.

Le vaccin russe Spoutnik V (plus de 20 pays utilisateurs) et les vaccins chinois développés par Sinopharm (plus de 20 pays) et Sinovac (un douzaine de pays) sont quant à eux principalement utilisés dans leurs pays d'origine, ainsi que dans des pays émergents et en développement.

Quant au vaccin de l'américain Johnson & Johnson, le premier à ne nécessiter qu'une dose, il a été approuvé aux Etats-Unis, au Canada et dans l'Union européenne, mais n'est à ce jour administré qu'aux Etats-Unis et en Afrique du Sud.

Par Jean-Philippe CHOGNOT et l'équipe data de l'AFP